La vidéo suivante est présenté du 20 au 31 octobre @ La Boite Noire de Saint-Priest dans le cadre de la 11ème Biennale de Lyon.

Il s’agit d’un montage composé de plusieurs film de Buster Keaton. On ne sait pas d’où vient le personnage, ni même où il va. Il ne fait qu’avancer indéfiniment, de porte en porte.

Ce travail fait la critique des licences restrictives, propriétaire qui, comme le copyright, ne permettent pas la réutilisation d’œuvres – ne nous limitons pas qu’au seul cas de la vidéo, mais incluons également toutes formes d’arts – dans d’autres travaux.
Pour preuve d’une démarche réussi, la musique utilisé est modifié en respectant la licence (libre) d’utilisation !

Enfin, la complexité de la loi vis-à-vis des droits d’auteurs m’impose cette aberrante invention qu’est la « sous-conditions » licence (elle même soumise à des conditions). A l’image de Buster Keaton,
je suis cette personne qui de porte en porte, rencontre des difficultés et cherche un moyen de s’en sortir (sans trop de heurt).<


Pour conclure j’utiliserais cette citation simple, mais efficace : "La route est longue, mais la voie est libre."